Le Guide complet des noms de maisons en breton

En Bretagne il est très courant de donner un nom à sa maison, et puisque nous sommes en Bretagne, autant choisir un nom en breton pour sa maison !

Donner un nom à sa maison, cela permet d’attirer l’œil, d’attiser la curiosité des passants, de transmettre une information historique ou culturelle, ou bien simplement de vous amuser avec un jeu de mots. Voyons donc comment choisir un nom en breton pour sa maison !

Comment dire maison en breton ?

Pour commencer, il y a deux manières pour dire « maison » en breton, Kêr et Ti. Pour en savoir plus, vous pouvez aller lire cet article : Comment dire maison en breton ? Kêr ou ti ?

En gros, « Ti » c’est la maison en tant que bâtiment : quatre murs, un toit. À l’inverse, Kêr désigne plutôt le lieu de vie, cela peut être un lieu-dit, un village, une ville… ou une maison en tant que lieu de vie. Les deux sont ainsi possibles pour nommer votre maison en breton, mais pas dans le même contexte.

Si vous voulez donner un nom à votre maison basé sur ses caractéristiques, la petite maison, la maison de mes parents, la maison aux volets bleus, privilégiez « Ti ». Vous pourrez également trouver une vielle orthographe « Ty », tout le monde comprendra si vous l’utilisez, mais comme indiqué, c’est une ancienne orthographe qui n’a plus de raison d’être utilisée…

Quel nom en breton choisir pour sa maison

Les noms de maisons selon la maison

Voici différents noms de maisons en breton selon le type de bâtiment, qu’il s’agisse d’un manoir ou d’un terrier de Hobbit, que la maison soit flambant neuve ou datant du néolithique, qu’elle soit blanche ou rose (étrange mais pourquoi pas)…

Les types de maisons

Vous pouvez construire un nom de maison en breton à l’aide du type de maison, que vous suivrez d’un des exemples ci-après dans l’article. Par exemple au lieu de « Ti nevez » (la maison neuve) vous pourrez remplacer « Ti » par « Kastell et ainsi obtenir « Kastell nevez » ou « Ar C’hastell nevez » (le nouveau château).

  • Ti, An ti : La maison
  • Bod, Ar bod : L’abri
  • Douarenn, An douarenn : Le terrier
  • Ranndi, Ar ranndi : L’appartement
  • Kastell, Ar C’hastell : Le château
  • Maner, Ar maner : Le manoir
  • Tavarn, An davarn : La taverne
  • Ti-feurm, An ti-feurm : La ferme
  • Neizh, An neizh : Le nid
  • Presbital, Ar presbital : Le presbytère
  • Ti-vakañsoù, An ti-vakañsoù : La maison de vacances
  • Ti-hañv, An ti-hañv : La maison d’été
  • Toull, An toull : Le trou
  • Kraou, Ar C’hraou : L’étable (ou le crèche du petit Jésus)
  • Ti-kêr, An ti-kêr : La mairie

Les maisons selon leurs matériaux

Le nom peut se précéder de l’article « An » ou pas, à vous de choisir.

  • Ti-koad, An ti-koad : La maison de bois (Le chalet)
  • Ti-gwer, An ti-gwer : La maison en verre (La serre)
  • Ti-maen, An ti-maen : La maison en pierre
  • Ti maen-greun, An ti maen-greun : La maison en granit
  • Ti-soul, An ti-soul : La chaumière
  • Ti-plouz, An ti-plouz : La maison en paille (celle des 3 petits cochons), ou aussi la Chaumière (toit en paille)
  • Ti-ruz, An ti-ruz : La maison rouge (La maison en brique, ou la maison couverte de tuiles)
  • Ti mein glas, An ti mein glas : La maison en ardoise (pour le toit tout du moins)

L’âge de la maison

Le nom de votre maison peut se précéder de l’article « An » (La) ou pas, à vous de choisir.

  • (An) Ti gwechall-gozh : (La) maison d’autrefois
  • Ti nevez : Maison neuve
  • Ti kozh : Vieille maison
  • Ti mod-kozh : La maison à l’ancienne

Les dimensions de la maison

Petite maison bretonne aux volets bleus.Le nom donné à votre maison peut se précéder de l’article « An » (La) ou pas, à vous de choisir.

  • (An) Ti Izel : (La) maison basse
  • Ti bras : Grande maison
  • Ti uhel : Maison haute
  • Ti hir : Maison longue
  • Ti bihan : Petite maison

La couleur de la maison

Là aussi le nom de votre demeure peut se précéder de l’article « An » ou pas, à vous de choisir.

  • (An) Ti gwenn : (La) maison blanche
  • Ti glas : Maison bleue (ou vert naturel)
  • Ti gwer : Maison verte (vert non naturel, ne pas utiliser si votre maison est recouverte de végétation)
  • Ti melen : Maison jaune
  • Ti du : La maison noire
  • Ti ruz : La maison rouge
  • Ti ros : La maison rose
  • Ti mouk : La maison violette
  • Ti sklaer : Maison claire
  • Ti teñval : Maison sombre

Pour en savoir plus : Voir la vidéo des couleurs en breton

Les noms de maisons selon les propriétaires

Le nom d’une maison peut aussi dépendre des propriétaires. Certains personne peuvent vouloir indiquer quelle famille possède cette propriété, ou plus simplement parler de « ma maison », « la maison de mes rêves »… Voici donc quelques-unes des possibilités (pas d’article « An » dans ce cas de figure).

  • Ma maison : Ma zi
  • Notre maison : Hon ti
  • La maison de Yannick : Ti Yannick
  • La maison de mes parents : Ti ma zud
  • La maison de mes ancêtres : Ti ma gourdadoù
  • La maison de mon père : Ti ma zad
  • La maison de ma mère : Ti ma mamm
  • La maison de ma femme : Ti ma gwreg
  • La maison de mes enfants : Ti ma bugale
  • La maison des amis : Ti ar vignoned
  • La maison de mon pays : Ti ma bro
  • La maison de Saint-Joseph : Ti Sant Joseph
  • La maison de Sainte-Anne : Ti Santez Anna
  • La maison du … pêcheur, chasseur, clown, facteur, fainéant : Ti … ar pesketer, ar jiboesour, ar furlukin, paotr an ti post, ar c’holl-boued
  • La maison de la famille Rio : Ti ar familh Rio, Ti ar re Rio (attention après « re » il y a des mutations, la première lettre de votre nom de famille changera ainsi : K->G, T->D, P->B, G->C’h, GW->W, D->Z, B->V, M->V).

Le possessif en breton

Vous l’aurez peut-être remarqué, mais l’article « An » a disparu dans les exemples pré-cités, et s’il est parfois optionnel dans certains noms de maisons, il est ici passé à la trappe volontairement.

En breton, le possessif fait sauter tous les articles sauf le dernier. Un exemple sera plus parlant. Pour dire « La maison du père de la sœur du président », voici les mots à utiliser :

  • La maison : An Ti
  • Le père : An tad
  • La sœur : Ar c’hoar
  • Le président : Ar prezidant

On ne dira donc pas An ti an tad ar c’hoar ar prezidant, mais Ti tad c’hoar ar prezidant.

Un nom de maison en breton selon le lieu

En regardant autour de vous les noms de maisons, vous en verrez probablement un certain nombre dont les noms évoquent l’emplacement où elles sont situées. Il peut s’agit d’un emplacement selon son orientation (nord, sud, est, ouest), selon sa localisation (bord de plage, en haut d’une dune, à l’orée d’un bois…) ou plus simplement d’un nom de ville ou village qui a été choisi pour nommer la maison.

Voici quelques un des mots qui peuvent être attribués à une maison selon le lieu :

Les points cardinaux en breton

  • Le nord : (An) Hanternoz, (An) Norz
  • Le sud : Ar C’hreisteiz (ou « Kreisteiz » sans l’article)
  • L’est : (Ar) Sav-heol, (Ar) Reter, à noter « Sav-heol » désigne l’est en tant que « soleil levant »
  • L’Ouest : Ar C’hornog (ou « Kornog » sans l’article), Ar C’huzh-heol (« Kuzh-heol » sans l’article) qui signifie « le soleil couchant »
  • Le nord-ouest : (Ar) Gwalarn
  • Le nord-est : (Ar) Biz
  • Le sud-ouest : (Ar) Mervent
  • Le sud-est : (Ar) Gevred

L’emplacement de la maison

Il peut s’agir d’un nom à donner en fonction de son emplacement géographique, ou encore des éléments qui entourent votre maison.

  • Ti an avel : La maison du vent
  • Ti ar c’hoad : La maison du bois
  • Ti an draezhenn : La maison de la plage
  • Ti ar park : La maison du champ
  • Ti ar parkeier : La maison des champs
  • Ti ar mor : La maison de la mer
  • Ti ar mor bras : La maison de l’océan
  • Ti an tornaod : La maison de la falaise
  • Ti ar bourk : La maison du bourg
  • Ti ar bigi : La maison des bâteaux
  • Ti an tour tan : La maison du phare
  • Ti ar reier : La maison des rochers
  • Ti ar menez : La maison de la montagne

Ti ar reier, la maison des rochers en breton.

Liste de noms de maisons en langue bretonne

En plus de tous les noms de maison que nous venons de voir, il existe aussi des noms qui ne sont pas basé sur les mots « Ti » ou « Kêr ». Voici une liste de noms de maisons en breton qui peuvent vous servir d’inspiration ou être utilisés tels quels.

  • War ribl an hent : Sur le bord du chemin
  • E-penn an hent : Au bout du chemin
  • E-tal an hent : En face du chemin
  • Penn an aod : Bout de la côte
  • Ar bili : Les galets
  • E-tal an dour : Près de l’eau
  • E-tal ar c’hoad : Face au bois
  • Ar c’hroazhent : Le carrefour, la croisée des chemins
  • Trouz ar mor : Le bruit de la mer
  • Trouz an dour : Le bruit de l’eau
  • Steredenn-vor : L’étoile de mer
  • Bleiz mor : Loup de mer
  • Karantez vro : L’amour du pays
  • Al levenez : La joie, le bonheur
  • Ar garantez : L’amour

Ne composez pas vous-même un nom en breton

Il ne suffit pas d’ouvrir un dictionnaire, et de mettre deux mots côtes à côtes pour constituer un nom correct en breton. À moins que vous ne parliez breton, il est déconseillé de construire soit-même un nom en breton. Vous risquez de faire des fautes de grammaire, des contresens, ou encore de choisir un nom qui ne signifie pas du tout ce que vous pensiez.

Les mutations en breton

Dans la langue bretonne, il y a des mutations. C’est-à-dire que la première lettre d’un mot peut changer en fonction du mot qui le précède, selon différentes règles trop complexes à résumer ici. Retenez par exemple qu’après le possessif « Ma » (« Ma » ou « Mon » en breton), le « T » devient « Z », le « K » devient « C’h » et le « P » devient « F ».

Autre exemple, le mot « Kêr » est féminin, ce qui entraîne d’autres mutations, « P » devient « B », « T » -> « D », « K » -> « G », « B » -> « V », « D » -> « Z », « GW » -> « W », « M » -> « V » et « G » -> « C’h ». Ainsi on ne dira pas « Kêr bras » (la grande maison, le grand lieu-dit, le grand village…), mais bien « Kêr vras ». Le « B » mute en « V ».

C’est une erreur que l’on retrouve souvent dans les noms de maisons ou pire, d’entreprises qui veulent bien faire avec un nom en breton, mais sans avoir demandé l’avis de gens qui parlent et écrivent breton. Citons par exemple le cas de cette entreprise de cosmétiques qui a choisi de s’appeler « Ma Kibell » (Ma baignoire en breton), mais avec une faute de mutation qui agresse les yeux de toute personne parlant breton.

Le vocabulaire en breton

Le breton et le français sont deux langues totalement différentes. Si vous aviez d’ailleurs un doute, le breton n’est pas un patois français ! En cherchant un mot en français dans un dictionnaire français breton, c’est le contresens assuré !

Imaginons que vous cherchiez le mot « Parents » dans un dico, pour dire « La maison de mes parents ». Vous allez trouver « Kar » au singulier pour parent, et « Kerent » au pluriel. Sauf qu’en breton, « Kerent » ne désigne pas les parents au sens de Papa et Maman, mais les parents au sens large (parents, grand-parents, oncles et tantes, cousins, etc). Voir à ce sujet comment parler de la famille en breton.

C’est une des nombreuses erreurs que vous pourrez faire en allant chercher dans un dictionnaire sans connaître le breton. Alors autant éviter !

Exemple de Ma petite maison

Vous souhaitez nommer votre maison « Ma petite maison ». Vous trouverez dans un dictionnaire les traductions suivantes :

  • Ma : « ma » en breton
  • Petite : « bihan » en breton
  • Maison : « Ti » ou « Kêr » en breton.

Sans aucune connaissance du breton, le résultat le plus horrible sera donc « Ma bihan kêr », ce qui fera hurler n’importe quel bretonnant. En breton, l’adjectif se place après le nom, et en tenant compte des mutations dont nous parlions plus haut, la bonne tournure pour dire « Ma petite maison » en breton sera alors « Ma zi bihan ».

Nom de maison en breton "Me Labour".

Laisser un commentaire